Et je pèse mes mots...·Res Politicus

Sur la plage ensoleillée…


La pensée du jour
Les chats ont de la veine : l’obscurité ne les empêche pas de lire.

Louis Scuténaire

L’humeur du jour
Pour ne pas bronzer futile, sur la plage je dore et je lis.
Deux trois bouquins pour m’aérer les neurones – Alafair Burke, Harlan Coben – mais cette année, des lectures beaucoup plus ciblées.

D’abord, une biographie passionnante et extrêmement bien rédigée, celle de Richard Descoings, Richie, par la journaliste Raphaëlle Bacqué. Outre un parcours fascinant (la création de AIDES notamment) et son impact sur Sciences PO, ce sont les noms et les liens cités au long du livre qui permettent par exemple de comprendre, sans que c’en soit le sujet, que jamais Hollande n’aurait viré Pepy. Ces gens font partie de ceux qui ne perdront jamais leur travail pour cause de mauvais résultats, mais uniquement parce que les cercles dominants ne compteront plus suffisamment de soutiens influents…
A lire, aussi pour rencontrer les personnages secondaires.
Minc. DSK. Hollande. BHL. Duhamel and co.

Je continue avec « Les prédateurs au pouvoir » des incontournables Pinçon Charlot, sociologues qui, à mon sens, devraient se substituer aux pseudo experts auto-proclamés des plateaux info. La rédaction a nécessité parfois la relecture de la même phrase (ou alors, j’étais distraite par le bruit des vagues, mais j’en doute) mais ce serait dommage de se décourager pour si peu car le fond est toujours impeccable.

Un livre pousse vers un autre.

Main basse sur l’information, par Laurent Mauduit, journaliste lui aussi. Ou comment des vouzémoi (non, j’déconne) achètent les organes de presse écrite puis audiovisuelle. Avec la bienveillance de l’état, qui continue tout de même à leur verser des subventions (nos impôts).

Comment ne plus avoir de doutes sur l’absence de neutralité, d’objectivité des infos dont on est abreuvés. Car si des journaux annoncent clairement la couleur (Marianne, valeurs actuelles ou le Figaro) d’autres sont à la botte en toute duplicité. Publi-information, propagande… en tous cas manipulation du clampin.
A lire, aussi pour rencontrer les personnages secondaires.
Minc. DSK. Macron. Schrameck and co.

Tout naturellement, je saute dans les (més)aventures d’Aude Ancelin dans « un monde libre ». Ou comment une journaliste découvre les limites de sa liberté d’expression – j’ai moins adhéré au style, mais j’y allais pour le fond.
A lire, aussi pour rencontrer les personnages secondaires.
Finkielkraut. Hollande. BHL. Jean d’O and co.

Puis je dévore littéralement « les DSK » de Bacqué et Chemin, récit non putassier de l’aspect politique de la fameuse affaire. Et j’enchaîne – à cause de ce livre – avec l’honni « merci pour ce moment », au style discutable mais à l’intérêt certain sitôt qu’on se détache de la love story. Excellente introduction à « un président ne devrait pas dire ça » pour lequel je n’ai pas encore éprouvé l’indignation suscitée à la parution, tant les mises en scènes « compol«  poutinesques et cadrées de l’actuel président arrivent à me faire regretter le tradi de la confidence au journaliste libre de publier ensuite son bouquin quasi sans relecture de l’ancien locataire de l’Elysée.
A lire, aussi pour rencontrer les personnages secondaires.
Minc. Le Foll. Cambadélis. Royal. BHL. Duhamel and co.

Thématique estivale un peu particulière, je le reconnais.
Propice à un dégoût infini des énarques supérieurs, à l’abri des effets de toutes les décisions qu’ils prennent depuis des décennies.
et l’été n’est pas fini..

Le cadeau du jour
Heureusement, il nous reste la liberté de penser.
Et de dire.
Devanture de librairie à Bayonne.

Publicités

7 réflexions au sujet de « Sur la plage ensoleillée… »

  1. Anaïs Jeanneret sait-elle qu’elle a écrit un livre ? peut-être son attentionné époux attend-t-il que le livre ait un prilitéraire lors de la rentrélitéraire de cet automne pour le lui annoncer ?
    🙂

    sinon, belle pile à lire !

  2. Mais t’es maso ! Tu vas atteindre l’over dose ! déjà que sans tout savoir nous avons tous les ingrédients pour être écœurés de tout ce qui se passe et de la façon dont on nous manipule ! Mais quel délice de voir cette liberté prise par la librairie, (elle mériterait sa place sur fb) ! Voilà un acte très réconfortant. Pour les Pinçon Charlot, je suis entièrement d’accord avec toi. Que partent des ondes et des écrans tous ces spécialistes en rien et en tout qui ne sont que la voix de son maître ! Heureusement je ne vais pas à la plage (hi ! hi !) donc je ne les lirai pas !

Chic ! Un message :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s