Et je pèse mes mots...·Res Politicus

Politocards


La pensée du jour
En politique une absurdité n’est pas un obstacle.
Napoléon Bonaparte

L’humeur du jour
Quand j’étais petite (ho! Naïve que j’étais) je pensais qu’on était ministre comme on était prof : on était formé à une matière ou deux, on y excellait, et hop, on était nommé.
La crème de la crème.

Et j’ai grandi.
Certes, faut pas nécessairement sucer pour mériter un maroquin, mais ce n’est guère mieux.
Les compétences n’ont rien à voir avec les nominations.
Depuis la naissance de ma conscience politique, j’en ai vu défiler des abrutis opportunistes, des incompétents préoccupés de la comm’ et de la petite phrase.
Le dernier « remaniement » par le bien-nommé « monsieur Bricolage » par le Parisien en est une nouvelle preuve.
« Allo Hulot ? tu veux l’écologie ? Non, bon j’y garde Ségo et j’appelle d’autres écolos. Trop rigolo »
Mais moi, ça ne me fait pas rire
Tous ces tocards qui crachent dans la soupe… Emmanuelle Cosse n’a même pas eu le temps d’effacer ses tweets et Jean-Vincent enfin Placé a oublié ses sorties de refoulé du pouvoir pour accepter un poste de secrétaire d’état qui prêterait à rire si nos impôts n’y étaient pas gaspillés. Cliquez vite sur les liens. Ces deux là ne devraient pas tarder à se payer une virginité numérique.

En meeting, Ségolène Royale, pénétrée, déclarait « les français intéressent à la politique quand la politique s’intéresse à eux ».
Je ne peux pas parler pour les autres, je m’intéresse à la politique en dépit du dégoût quotidien que j’éprouve pour tous ceux qui ne pensent qu’à leur place, leur reconduction, le poste qu’ils auront demain et comment faire d’une mission au service des autres une rente à leur avantage. A leurs avantages.
Un sentiment de rejet aussi, la sensation d’être envahie jusque dans le JT (ce soir) ou des émissions de divertissement, ils sont partout, ils sont pénibles, ils sont médiocres – suivez les sur twitter, c’est pathétique.
On voyait dans le dernier «média le mag » un conseiller en communication expliquer sans gêne aucune comment le « produit » (je cite) Marine Lepen était en phase de « reconditionnement » pour correspondre à ce que les gens pourront vouloir.
Et ils en sont tous là : je surfe sur le méa culpa, la contrition, l’émotion, le dénigrement des élites – mais les autres, moi j’ai le cul propre sous-entend VeauQuiez… Vous leur fileriez un Prix d’interprétation ? Moi non. Les ficelles sont si grosses…
Et pourtant ça marchera… J’ai ferraillé sur twitter avec quelqu’un qui se demandait « à qui prêter allégeance si son poulain très très à droite mais pas si adroit n’était plus en lice« . Allégeance? Affligeance !

Demain, une partie de mon impôt sur le revenu sera prélevé.
Quand je pense que je contribue aux hôpitaux, aux infrastructures, à l’éducation, je suis fière et heureuse.
Quand je pense à la partie qui sera gaspillée en indemnités, retraites, avantages des politocards crevards accros au pouvoir, ça me fait un deuxième trou au cul.
Et c’est loin d’être agréable.

Le cadeau du jour
copyright : @alexdessinateur

clowns-21-10-2014-copie

Publicités

7 réflexions au sujet de « Politocards »

Chic ! Un message :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s