Et je pèse mes mots...

Du danger des lavements à l’huile chaude pour la santé mentale


La pensée du jour
partir quand même
partir d’abord
quitter la scène
dans un ultime effort
[…]partir quand même
ne plus donner signe
avant de ne plus pouvoir
revenir en arrière
avant qu’il soit trop tard

Françoise Hardy

L’humeur du jour
Samedi soir, Françoise Hardy était l’une des invitées d’On n’est pas couché. Ruquier l’annonce non en tant que chanteuse, mais en tant qu’écrivain. Il aurait dû dire aigri-vain.
Sa vieillesse lui est un naufrage. Son corps lâche, plus fragile ; il est moins beau alors… l’amour physique –  Macha Méril pourrait lui passer un petit coup de fil – c’est mort.
La santé ? Elle part de son corps décharné, presque désincarné pour balancer des vérités sur tous les vieux forcément en déliquescence. Elle tacle la représentation du sexe (paillard ?) chez Jean Teulé qu’elle assimile à de la pornographie – il lui rappelle en souriant qu’elle a connu ça aussi. « Ha mais c’est intime ». Parce que, lui réplique t-il alors – le détail de ses coloscopies, ses lavements à l’huile chaude dans un endroit qu’elle appelle no man’s land mais qui correspond d’après sa description à la banlieue, ça ne l’est pas ?
L’entendre débiter ses conneries m’a rappelé une phrase lue dans les années 80, lorsque Bo Derek au corps somptueux s’illustra sur grand écran en Jane face à un Tarzan en pagne Vuitton. Un critique avait ironisé « Il y a une justice. Bo est belle, mais qu’elle est bête !»
Hardi est embarrassante. Sous prétexte que l’âge libère sa parole, tout y passe.
Parce que le sexe c’est plus pour elle, c’est caca, faut pas montrer.
Par contre le caca, c’est montrable. Et dans le détail. D’ailleurs, qu’est-ce qui pousse un type à embrasser la carrière de proctologue ? hein, on se le demande. Enfin, elle se le demande. Un métier de santé, quel qu’il soit, c’est être au service d’autrui. Regarder des anus ou des bubons, fouiller des foufounes ou détartrer des dents, même combat, non?
Le scato, restons-y : Edwy Pleyel n’est qu’ « un fouille merde ». C’est pas les Thénardiers de Levallois ou les Tiberi – Votez les morts – qu’il faut montrer de doigt, non, c’est le lanceur d’alertes. Pourtant, peut—être qu’avec plus de Plenels on aurait moins de grigous, de collusions, d’arrangements secrets, qu’on aurait une vie politique plus saine.

Elle s’enfonce un peu plus en abordant les problèmes d’ISF. Ça partait bien pourtant : oui, l’ISF ne touche pas que les « grands riches ». Mais elle continue : imaginez quelqu’un qui s’enferre dans un crédit pour 20 ans pour accéder à sa résidence principale (oui oui, du coup, oui, j’imagine très bien !) voire sa résidence secondaire. C’est que ça s’entretient tout ça : on ne peut être partout ! il faut du personnel ! C’est bien la grande richesse : ça permet d’entretenir l’industrie du luxe, les restaurants étoilés, parce qu’il faut que cela existe : il faut faire rêver (qui ? ceux qui n’iront jamais et le savent ? ça s’appelle pas faire rêver ça madame, ça s’appelle frustrer.)

Pudique sur sa vie privée, ça ne la dérange pas de dévoiler celle des autres. Pauvre madame Rocard qui en fait les frais. Et là encore, la phrase la plus choquante ne fut pas celle décrivant la danse amoureuse de cette dernière pour l’anniversaire de son époux mais sa description d’artiste de de droite, seule au milieu de gens de gauche « dont certains que je ne connaissais pas, mais en fait très bien, hein ». Qui vit encore aujourd’hui avec cette dichotomie ? Qui ?
Les lavements, finalement, c’est dangereux, un peu de merde peut vous gicler dans les yeux.

C’est son Maître à penser (une âme dématérialisée nommée Pastor, qui l’abreuve régulièrement de phrases à méditer via une femme – qui n’a pas les capacités de les inventer, preuve que tout cela n’est pas une arnaque) qui a dû se retourner dans ses limbes…

Le cadeau du jour
Je ne sais pas pour vous, mais je vais plutôt ré-écouter ses disques qu’acheter son livre PQ

Publicités

7 réflexions au sujet de « Du danger des lavements à l’huile chaude pour la santé mentale »

  1. Alors là, je suis sur le cul, n’ayons pas peur des mots…. Je l’ai peu suivie, je sais qu’elle faisait de l’astrologie et je la prenais pour une femme sensée mais lire toutes ces conneries, voire des horreurs ???
    Et elle se fait guider par un quoi ? Âme désincarnée… pitié, n’en rajoute plus

Chic ! Un message :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s