Ma vie Mon oeuvre

Adopte une Pook.com : mythes et réalité


La pensée du jour
A vingt ans l’enfant déforme les femmes, à trente ans il les conserve et je crois bien qu’à quarante il les rajeunit
Leon Blum

L’humeur du jour
Aujourd’hui, en France, il y a 3 façons légales d’avoir un enfant :
la fabrication maison, la plus classique, pour gens mariés ou non, à la portée de tout sperme et œufs compatibles et sans dépassement de la DLU.
La fabrication assistée, pour gens mariés défectueux ou celibs à œufs cassés.
L’adoption, pour tous les autres âgés de plus de 28 ans, avec deux ans de mariage dans les pattes OU celib.
Tout ce qu’on a pu lire ou entendre sur les homos qui vont se marier exprès pour PMA-pondre afin d’éviter d’aller chercher des mômes en Thailande (pédéraste = pédophile ?) ou sur les célibataires goudou se faisant inséminer dans une clinique parisienne en prend un ptit coup.
Oui, entendu de la bouche d’une connaissance multi-papa qui plutôt que de faire son examen de conscience sur ses « jets sème à tous vents » répétait à l’envi des choses erronées notamment sur l’adoption ou la PMA comme si c’était parole d’évangile, sans jamais en démordre.

Aujourd’hui la PMA se passe chez nos voisins belges ou espagnols. Comme « avant ».

L’adoption est ouverte aux mariés hétéros, homos et aux célibataires hétéros ou homos. Les concubins ou simples pacsés ne peuvent pas adopter en couple.
Dans les faits, le tout est heureusement bien encadré puisqu’il s’agit de donner une famille à un enfant et non le contraire.
Quant aux mères porteuses, plus qu’une question d’orientation sexuelle c’est une question de moyens. Quand Fogiel le fait, ça fâche. Quand c’est Sarah Jessika Parker, c’est presque trendy.

Quand j’ai parlé d’adoption pour la première fois, j’ai surtout entendu « bon courage », chacun ayant en tête l’expérience heureuse ou malheureuse d’amis ou de proches ou tout simplement l’impression que c’est une longue procédure nébuleuse mais sans vraiment savoir pourquoi.

Pour le moment, je trouve l’administration si réactive que je me suis déjà penchée sur les pays vers lesquels je souhaite me tourner pour vite me rendre compte que je dois l’envisager autrement.
Depuis le petit Omar, je ne cache pas que le Burkina m’attirait.
Mais… j’adopte en solo, la liste des pays qui acceptent les célibataires réduit le champ des possibles. J’en profite pour rassurer ici mon aficionado pro manif pour tous, celui qui m’a « dénoncée » sur le site de ma région comme étant gay-friendly, la liste est encore plus restreinte pour les homos.
Pour certains pays, il est précisé qu’en celib on ne peut devenir la maman que d’un enfant d’au moins 7 ans ou/et malade, ce dernier détail n’étant pas forcément compatible avec une maman-qui-travaille.
Si on exclut les pays qui imposent à l’adoptant de résider sur place avant l’adoption – plus ou moins longtemps – de se débrouiller pour trouver une femme enceinte qui ne souhaite pas garder son bébé, il ne me reste pas beaucoup de choix. Je conserve ma préférence pour l’Afrique.

Le parcours du combattant tient à la fois de la persévérance face aux démarches et à la capacité à répondre aux questions des autres.
Dire qu’on lance une procédure d’adoption, c’est accepter une forme d’intrusion et de conseils difficilement applicables tant ils relèvent de l’intime :
Pourquoi tu ne le fabriques pas toi-même? C’est pas loin la Belgique! T’as pas un pote qui accepterait de…
Pourquoi tu prends pas plutôt un chien (c’était de l’humour, mais ça traduit très bien le sous-jacent « pourquoi tu te lances dans cette galère? ») Pourquoi pas une mère porteuse? Ça m’f’rait chier qu’on vienne fouiller ma vie et mon argent pour décider si j’suis apte, comment t’as supporté? T’es pas trop vieille?

Mais c’est aussi recevoir de beaux encouragements.
Heureusement.

Le cadeau du jour
Et pourquoi pas? J’en ai justement un pas trop loin…
image

Publicités

8 réflexions au sujet de « Adopte une Pook.com : mythes et réalité »

  1. Mais c’est merveilleux d’adopter !

    Il y a tellement d’enfants malheureux et tu as tellement d’amour, tendresse et bons principes à donner que je ne vois vraiment pas pourquoi tu ferais faire ou ferai un enfant alors qu’il y en a un qui est déja là, certainement dans la galère et qui n’a même pas l’idée qu’il pourrait vivre autrement !

    Bien sur il faut le trouver, mais visiblement ce n’est pas le parcours du combattant dont on parle souvent ….

    Bien sur que ce ne sera pas tous les jours facile, avant et après l’adoption.

    mais les enfants « fabrication maison » donnent souvent beaucoup de soucis et ne sont pas tels qu’on les espéraient … pourquoi en serait il autrement avec un enfant adopté ?

    Quand c’est la volonté d’être heureux en faisant le bonheur d’un enfant qui prévaut et non pas celui « d’assurer ses vieux jours » il n’y a pas de raison pour que tout le monde n’y trouve pas son compte.

    BRAVO POOKY.

  2. Moi je trouve merveilleux le fait de faire le bonheur d’un enfant, d’où qu’il vienne !!! Et pour ce qui est de la délation décidément, c’est un mot et une attitude à la mode…. beurkkkkkkk

  3. Allez calme toi ptite Pooky… Un grand sourire ! Tu démolis tout ces vilains murs et tu feras le bonheur d’un enfant et le tien…

Chic ! Un message :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s