Et je pèse mes mots...

Tu seras une femme, ma fille


La pensée du jour
La femme moyenne passe environ 5.000 heures par an à s’inquiéter de ses ongles.
En 40 ans je n’ai jamais entendu aucun homme s’extasier sur les ongles d’une femme.
Dave Barry

L’humeur du jour
J’aime être une femme
Vous m’opposerez assez légitimement que c’est le fruit du hasard et non d’un choix ou d’une volonté.  C’est juste.
Mais j’ai déjà eu l’occasion de me pencher sur la question et à chaque fois je sêchais sur les avantages que j’aurais eus à vivre une vie en tant qu’homme.
Soyons clairs : Etre prêtre catholique ne m’a jamais tentée (merci SE pour cet article) et si on dit de certains hommes qu’ils pensent avec leur queue, moi j’estime que beaucoup de femmes ont dans la tête les c*uilles qu’elles n’ont pas ailleurs.
Voilà qui est dit.

Vous m’opposerez également que si j’étais un homme, je ne me heurterais pas au fameux « plafond de verre » professionnel qui empêche les femmes d’accéder à certaines fonctions ou si elle y arrivent, de ne pas obtenir les mêmes rémunérations que les hommes pour un poste similaire.
C’est juste aussi.

Heureusement, je jauge ma qualité de vie non pas à l’aune de mon salaire ou de mon titre mais aux satisfactions que je tire de mon métier – j’ai la chance qu’elles soient nombreuses – et au fait de pouvoir en vivre correctement.

 
Nous ne sommes heureusement plus dans ces années sombres où il fallait brûler son soutien gorge (ce qui m’arrange, j’en ai trop besoin !) pour parler de libération de la femme, ni aux jours maudits des « hystériques » enfermées dans des asiles.
La femme n’appartient plus à son époux et son rôle n’est plus de briquer la maison ou d’être « parfaite »  en tout.
Oui, on vient de loin.
 
Et pourtant…
Une fois libérées du joug de la maternité obligatoire et des gaines et crinolines, les femmes ont décidé de s’enserrer dans un corset invisible plus insidieux, celui de la jeunesse perpétuelle, du culte du corps sans défaut et de la perfection de son rôle de mère, d’amante et de travailleuse.

Il suffit de lire Marie-Claire, Cosmo ou Muteen (plus on se formate tôt, mieux c’est !) pour se rendre compte qu’entre deux malheureux articles de fond et beaucoup de publicité plus ou moins directe, tout le reste n’est que conseils pour être au top – dans le désordre – au lit, au boulot, avec ses amis, dans le cuisine, avec la belle-famille, dans ses fringues…
Personnellement, j’ai cessé d’acheter ELLE l’année où juste après la sympathique campagne « plutôt à poil qu’en fourrure » ont paru une série d’articles vantant les maillots de bains en … fourrure.
Double absurdité : la fourrure, ça tient chaud et si on est en maillot, c’est qu’il fait chaud ! Et puis surtout pourquoi venir se coller des poils là où on met tellement d’argent et d’énergie à s’en débarrasser ?
 
Quand je pense que la première rédactrice en Chef de ELLE fut Françoise Giroud…
Quelle ironie…

Le cadeau du jour
Sharon, Femme doublement corsetée, finalement pas si libérée…
 
 
Publicités

8 réflexions au sujet de « Tu seras une femme, ma fille »

  1. De l’excellent Pooky, comme on l’aime!!!!
    Révélation du jour : Pooky est la vraie « ELLE » … L’autre, n’est un pitoyable ersatz. Belle soirée à toutes et tous.

  2. A vrai dire aucun soutien gorge n’a été brûlé dans les années 60
    C’est une légende urbaine issu d’un amalgame (un rassemblement où des femmes ont jeté leur soutif) qui a fini par devenir un stéréotype pour la féministe castratrice et forcément mal baisée (toujours selon le stéréotype)
    Quant à Françoise Giroud, si elle a crevé le plafond de verre, elle a ensuite bien savonné la planche pour les suivantes.

    Bon après je suis née naturellement douce et lisse donc je n’ai pas besoin de m’épiler chez le kiné, mais pense un peu à ces kinés qui doivent affronter des hordes de femmes normales avec capitons et poils, et non des poupées Barbies, c’est sâââle

  3. Pauvre Françoise Giroud !
    Je vais dire un truc qui va vous faire plaisir mesdames et mesdemoiselles : la féminité sauvera le monde ! C’est pas moi qui le dit, faut lire Monique Grande  » Femmes qui se réinventent « .
    Il est vrai que la féminité a longtemps et est encore mis à mal : syndrome prémenstruel, ménopause … Mais bon, on a pas la gaule tous les matins, nous !

    J’aime les femmes couillues, parce que les mecs deviennent sacrément mollassons il me semble. Pas tous évidemment ! Il a dû y avoir un transfert de coucougnettes !

    En tout cas : les femmes ne doivent pas oublier de mettre en avant leur féminité, et je dirais mieux, leur féminitude. Et les hommes doivent également cultiver leur côté féminin !

    Pour Sharon Stone, je suis désolée, mais ça me met mal à l’aise. Savoir qu’elle a 50 ans, et qu’elle se fout à poil comme ça ! Beurk ! Tu parles, elle peut se vanter d’avoir cet âge-là, quand on assume même pas puisqu’on se fait tout refaire ! Un peu de dignité, m**** !

  4. je valide de bon cœur le commentaire de Sam Eleon ! car malgré ce qu’on peut dire le sexe « fort » n’est pas celui que l’on croit…. celle qui mène le monde selon sa volonté, c’est bien la femme….. les ruses employées pour ce faire sont considérables !

    Je n’aurais pas aimé être un homme, il y a tant d’avantages à être une femme, notamment, celui de la maternité, rien que pour cela, je suis heureuse d’appartenir à ce sexe ! Tant qu’elles seront là, le monde tournera à peu près rond….

Chic ! Un message :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s